Tous les articles par julie Merian

Un jardin pluvial pour réduire le risque d’inondation

Nous vivons dans une rue de maisons type victoriennes en terrasses à Worthing, où le pavage sur les jardins, réalisé pour le stationnement, signifie que très peu d’eau de pluie peut atteindre le sol. En outre, les évacuations d’eau à l’avant de chaque maison de jaillissent tout droit sur la route. Par temps de fortes pluies, c’est un torrent.

Dans le cadre du diplôme de Claire en 2011, nous avons décidé de construire un jardin pluvial, appliquant ainsi le premier principe de permaculture : Observer et interagir. Le concept d’un jardin pluvial est de créer une chaîne de possibilités pour attraper, stocker et utiliser l’eau de pluie.

Un jardin pluvial peut potentiellement incarner chaque principe de permaculture

 

  • Observer et interagir – l’observation du problème de la pluie qui se déverse sur la route, et l’interaction par la conception de ce jardin.
  • Utiliser et valoriser les ressources renouvelables – chaque étape de la chaîne de capture de pluie est une occasion de mettre cette eau à profit.
  • Ne produisez pas de déchets – pas de ruissellement.
  • Intégrer les fonctions et les éléments pour qu’un système ait plusieurs fonctions et plus d’un élément supportant chaque fonction – La chaîne de pluie dans notre petit jardin a quatre éléments, tous capturant de l’eau mais certains effectuant également d’autres fonctions. D’autres éléments, comme le toit et les chemins de gravier protègent ces fonctions.
  • Capturer et stocker les ressources passant par le système – l’eau de pluie.
  • Obtenir un rendement – de la plantation, utile ou comestible pour les humains ou la faune. En plus, ce jardin est beau et stimulant pour les sens.
  • Utiliser et valoriser la diversité – en créant différents habitats et diversité végétale.
  • Utiliser les bords et valoriser le marginal – surtout dans les grands systèmes qui comprennent les étangs, mais en tout cas parce que les espaces qui peuvent être alternativement très humide ou très sec sont marginales pour d’autres utilisations.
  • Utiliser de façon créative et réagir au changement – Par exemple, la Stratégie de gestion des risques d’inondation de West Sussex dit: «L’eau de surface contribue de façon significative au risque d’inondation à Worthing en raison de la nature urbaine de la région». Avec l’augmentation de l’incidence de fortes précipitations soudaines causées par le changement climatique, les jardins pluviaux peuvent aider à atténuer les risques d’inondation, comme ils le font dans de nombreuses autres régions du monde avec des conditions météorologiques extrêmes.
  • Appliquer l’autoréglementation et accepter la rétroaction – prendre des mesures nécessaires pour résoudre un problème observé.
  • Conception des modèles aux détails – en observant le modèle de drainage dans, sur et à partir du site pour déterminer le placement des éléments.
  • Solutions petites et lentes – un ménage individuel prenant la responsabilité d’apporter une petite contribution à la réduction des risques de ruissellement et d’inondation.

    Chaînes de pluie – du stockage au jardin, et ailleurs

    Le premier élément de la plupart des chaînes de pluie est une citerne à eau de pluie, stockant l’eau pour une utilisation dans le jardin pendant les pluies faibles et débordant dans l’élément suivant quand elle est pleine.

    Notre voisin a accepté de détourner leur gouttière vers la notre. Nous recueillons donc la pluie de la moitié de notre toit et la moitié du leur (voir photo avec annotation). Cela a déterminé le placement de la citerne d’eau. Nous avons offert de ne prendre que la moitié de l’eau du toit à parts équitables. Les voisins veulent que nous prenions tout, donc la position de la nouvelle gouttière comme indiqué est plus économique et demande moins d’effort.

    La citerne d’eau déborde sur une surface de drainage, le deuxième élément de la chaîne. Cela capture et stocke l’eau dans le sol, et un tuyau de drainage perforé parcourt le long du jardin, qui ressort au fond pour permettre à l’excès d’eau de quitter ce système une fois le sol saturé. Il y a des couches de drainage et de filtration de gravier et de sable, dont le volume principal étant un mélange de terre supérieure, de compost du jardin et de sable.

    Le jardin est placé près de la citerne d’eau pour minimiser la tuyauterie nécessaire. Puisque seulement certaines parties de notre jardin sont orienté vers le nord et ne reçoivent le soleil que le matin et en fin d’après-midi, c’est dans un de ces secteurs que nous l’avons placé.

    Le tuyau de drainage émerge du côté opposé de la cuve à partir de la prise d’eau. Un ruisseau réalisé à partir de tuiles anciennes emmène  l’écoulement dans une zone plantée au sol du jardin, l’élément final de la chaîne.

    Toute les plantations ont été choisies pour tolérer les périodes humides et sèches ainsi que l’ombre partielle et sont pérennes.

    Nous avons peaufiné la conception après avoir observé que l’eau coulait du lit principal sur le chemin après une averse particulièrement forte. Nous avons alors creusé pour rediriger la sortie du ruisseau vers un arbuste. Depuis lors, il n’y a plus eu de ruissellement dans la rue, quel que soit le temps, et le jardin est autonome, luxuriant et florissant.

    Source de l’article : www.permaculture.org.uk

 

La ferme du Bec-Hellouin

Plus qu’un essai, un véritable succès ! La ferme du Bec-Hellouin est L’EXEMPLE à suivre en terme de permaculture…

Image de prévisualisation YouTube

Remettre la planète et l’humain au cœur du débat

« Nous ne croyons pas que les responsables politiques seuls ont le pouvoir de transformer la société. Il n’existe pas d’homme ou de femme providentiel. Pour que les responsables politiques et économiques changent, ils ont besoin d’être portés, accompagnés, contraints parfois, par une mouvement puissant, par des millions de personnes qui s’unissent et s’engagent dans leur quotidien ».

Image de prévisualisation YouTube

Interview de Claude et Lydia Bourguignon, microbiologistes des sols

Claude et Lydia Bourguignon sont un couple d’ingénieurs agronomes français. En 1990, ils ont fondé le LAMS, Laboratoire Analyses Microbiologiques Sols.

Ils prônent le développement d’une agriculture durable à travers la restauration de la biodiversité des sols. Si leur travail est parfois controversé, il s’inscrit clairement dans une démarche de protection de l’environnement…

 

Suite de l’interview ici !

Protéger ses plantes contre le froid !

Toutes les plantes n’ont pas la même résistance au froid. Quelles soient caduques, persistantes, en pleine terre ou en pot, voyons différentes solutions !

Les plantes caduques rentrent en état végétatif quand arrive l’hiver. Elles perdent leurs feuilles et sont donc moins sensibles aux gelées. Il est tout de même préférable de penser à pailler le sol d’écorces, paille, feuilles mortes ou autre pour protéger le sol. Car autant les plantes et arbustes endémiques de notre région résistent à leur climat d’origine, autant celles importées auront plus de mal à résister.

Les plantes persistantes sont plus fragiles. Elles ralentissent leur métabolisme mais cela ne les protège pas lors d’une période très froide et prolongée. En cas de fortes gelées annoncées, renseignez vous sur les différentes plantes de votre jardin et prévoyez paillage et/où voile d’hivernage. Fabriqué en coton, il est important de faire attention au grammage du voile, l’idéal étant 20 à 30 g/m2.

L’essentiel est de bien protéger le système racinaire.

Les plantes en pot, contrairement à ce que l’on peut penser, sont les plus exposées aux dégâts du froid. Si vous avez une serre ou une véranda non chauffée, la plupart de vos plantes en pot s’y sentiront très bien ! A l’abri du gel et du vent, elles pourront hiverner tranquillement en attendant le printemps. La température idéale est entre 0 et 10° C . Pensez tout de même à aérer votre serre.

Sinon, déplacer vos pots dans l’endroit le plus à l’abri du vent de votre jardin. Les murs exposés sud et ensoleillé seront privilégiés ! Si vos plantes sont sur une terrasse ou un balcon, utilisez des plaques de polystyrène que vous placerez sous les pots afin de les isoler du froid venant du béton ou du carrelage.

N’oubliez pas : n’arrosez pas vos plantes en période de gelées. L’eau dans la terre gèlerait et ferait mourir les racines. En hiver, les plantes sont en sommeil et n’ont pas besoin de beaucoup d’arrosage et pas d’engrais.

Pour finir, nos plantes d’intérieurs sont certes protégées du froid, mais desséchées par le chauffage ! Alors soyez attentif et n’hésitez pas à vaporiser d’eau vos plantes, car comme nous, elles n’aiment pas trop les changement climatiques trop brusques !

 

Crédit photo : Truffaut et Pinterest.